Flux RSS

site Casablance

Bloc à la 2
Toutes les actualités »

M. Omari: La stratégie de mobilité urbaine de la Commune permettra une refonte radicale de l’infrastructure de transport de Casablanca

Transport -  14/02/2018
M. Omari: La stratégie de mobilité urbaine de la Commune permettra une refonte radicale de l’infrastructure de transport de Casablanca

Un séminaire international sur la mobilité durable s’est tenu, mercredi 31 janvier 2018 à Casablanca à l’initiative de la Commune de Casablanca en collaboration avec la division Moyen Orient et Afrique du Nord de l’Union Internationale des Transports Publics (UITP-MENA), en présence notamment du Wali, Secrétaire général du ministère de l’Intérieur, M. Mohamed Faouzi, du Wali de la région de Casablanca-Settat, M. Abdelkbir Zahoud, du président de la Commune de Casablanca, M. Abdelaaziz Omari, du président de l’UITP, M. Père Calvet et du président du de la division MENA de l’UITP, M. Khaled Al Hogail, ainsi que des membres du Bureau conseil, des présidents de commissions et des présidents de groupes du Conseil Communal de Casablanca. 

S’exprimant à l’ouverture de ce séminaire organisé sous le thème « Promouvoir les transports publics à travers des politiques et des innovations efficaces », M. Omari a souligné que la stratégie de la Commune de Casablanca entamée depuis quelques années permettra une refonte radicale de l’infrastructure de mobilité urbaine de la métropole.

Il a, à cet égard, rappelé que la métropole vit au rythme des grands chantiers qui visent essentiellement à rendre fluide la mobilité, en renforçant les lignes de tramway et de bus, mettant l'accent sur l’appui de l’Etat et de la région de Casablanca-Settat, pour la réalisation d’un ambitieux programme visant une mobilité durable.

Selon lui, la métropole casablancaise fait face à des défis de déplacements par bus, faisant savoir que le Conseil de la ville est, à cet effet, en train de préparer un « cahier de charges dans le cadre de l’Union Coopération Intercommunale (UCI) en vue de résoudre le problème de transport par bus.

« Le déficit est là au niveau de l’exploitation car la commune supporte presque 40 pc du ticket du tramway, qui est une charge importante pour la ville », a-t-il reconnu, insistant sur la nécessité de trouver des solutions « pérennes » pour faire face à ce défi d’exploitation ».

Dans une allocution lue en son nom par le Wali, Secrétaire général du ministère de l’Intérieur, M. Mohamed Faouzi, Mr. Noureddine Boutayeb, ministre délégué auprès du Ministre de l’intérieur a expliqué qu’un modèle de gouvernance innovant a été mis en place pour adopter un périmètre approprié pour une gestion globale de la mobilité urbaine.

Cette allocution a rappelé que le Ministère de l’Intérieur du Royaume du Maroc a élaboré, depuis 2007, la stratégie nationale pour la mobilité urbaine en vue d’établir des systèmes de déplacements urbains efficaces, visant une qualité orientée-client, respectueux de l’environnement et garantissant une pérennité financière, avec priorité au transport en commun.

Il a souligné qu'aujourd'hui, plusieurs lignes de Tramway sont en cours de réalisation à Casablanca et à Rabat, des lignes de bus à Haut niveau de Service sont en phase études ou travaux à Casablanca, Agadir et Marrakech. Les autres villes sont en phase de réalisation de leurs Plans de déplacements urbains (PDU).

La tenue de ce séminaire représente une opportunité pour le Maroc d’échanger avec les pays de la région, a-t-il poursuivi, relevant que la démarche UITP-MENA « rejoint l’engagement que tient le Royaume du Maroc pour une collaboration avec nos amis Africains depuis plusieurs années et qui s’est renforcé depuis son retour à l’Union Africaine ».

Pour sa part, le président de l’UITP, M. Père Calvet a affirmé que le Maroc a mis au point une réforme du cadre institutionnel et financier qui se traduit par un modèle de gouvernance innovant et un accompagnement financier adapté ayant permis la réalisation de projets de mobilité structurants, qui reposent sur un fonctionnement efficace et équilibré.

Il a souligné que la ville de Casablanca a connu une refonte radicale de son infrastructure de mobilité, en vue de devenir à l'horizon 2022 un hub financier international. Cette expérience Marocaine est un exemple innovant pour les autorités organisatrices de transports publics.

Quant au président du Conseil exécutif de l’UITP, M. Khaled Al Hogail, il s’est dit heureux d’organiser cet événement à Casablanca, l’une des 16 bureaux de l’UITP dans le monde, soulignant que cette rencontre permettra de partager les expériences entre toutes les parties impliquées dans la mobilité urbaine et de promouvoir un « réseautage entre les pays subsahariens et MENA dans le domaine de transport et de la mobilité ».

En effet, l’UITP, qui regroupe 1400 organismes-membres de 96 pays, représente une plateforme stratégique d’échange qui regroupe l’ensemble des acteurs du transport public (opérateurs, industriels, autorités organisatrices, centres de recherche et académiques, etc…).

« MENA et l’Afrique subsaharienne représente un projet de transport de près de 100 milliards de dollars, un mégaprojet pour faciliter la vie des populations et économiser leur temps », a-t-il ajouté.

Dans une déclaration au portail de la ville « Casablancacity.ma », le vice-président en charge de la mobilité, M. Mohamed Bourrahim a indiqué que l’organisation d’un tel évènement à Casablanca constitue « une reconnaissance mondiale des efforts de la ville de Casablanca en matière de mobilité ».

 Cette rencontre a été notamment marquée par la présentation d’un exposé du président de la division Amérique latine de l’UITP, M. Jurandir Fernandes, axé sur le cas du système de transport public de Sao Paulo (Brésil).

photos :