Flux RSS

site Casablance

Citoyens
Retour

Région de Casablanca-Settat

L’article 135 de la nouvelle constitution de 2011 précise que les collectivités territoriales sont les régions, les provinces, les préfectures et les communes. Etant les plus grands domaines territoriaux, dans le cadre de la décentralisation au Maroc, les régions se caractérisent par un certain nombre de spécificités naturelles, humaines et économiques. Et sont considérées par la constitution comme étant des institutions constitutionnelles.

Le territoire marocain est subdivisé en douze régions suivant les dispositions du décret n° 2-15-40, du 30 février 2015, fixant le nombre des régions, leurs dénominations, leurs centres, ainsi que les préfectures et provinces les constituant.

La région de Casablanca-Settat occupe le leadership tant par son importance économique, que par le nombre de sa population, et représente un pôle économique et un centre d’affaire où siègent et se côtoient banques, grandes sociétés et groupements industriels nationaux et internationaux en plus du secteur tertiaire.

Le tableau suivant montre l’importance démographique de la région, selon le recensement général de la population de 2014.

  Nombre d’habitants Pourcentage Nombre de ménages Pourcentage
Total national 33.848.242 100 7.313.806 100
Les autres régions 26.986.503 79,73 5.754.402 78,68
Région de Casablanca-Settat 6.861.739 20,27 1.559.404 21,32

La loi organique n° 111.14, relative aux régions, rendue applicable par le dahir n° 1-15-83, du 7 juillet 2015, fixe :

  • Les conditions dans lesquelles la région gère ses affaires de façon démocratique;
  • Les conditions dans lesquelles le Président du conseil régional exécute les délibérations du conseil et ses arrêtés;
  • Les conditions de présentation des pétitions par les citoyennes et citoyens et par les associations;
  • Les attributions propres à la région, celles en commun avec l’Etat et celles qui lui sont transférées par ce dernier;
  • L’organisation financière de la région et l’origine de ses ressources financières;
  • La nature des ressources et les modalités de gestion de la caisse d’habilitation sociale et de la caisse solidarité interrégionale;
  • Les conditions et les modalités de création par les régions de groupements territoriaux;
  • Les formes et modalités d’encouragement du développement de la coopération entre les régions, et les mécanismes visant l’adaptation de l’évolution de l’organisation territoriale dans ce sens;
  • Les règles de gouvernance relatives à la bonne application du principe de la gestion libre des affaires de la région, ainsi que le contrôle de la gestion des caisses et des programmes, et l’évaluation des pratiques et procédures comptables;

Les attributions et compétences des régions tiennent quant à elles à soutenir le développement intégré et permanent de la région à travers son organisation, sa coordination et son suivi, et visent la réalisation de :

  • L’amélioration de l’attrait du domaine territorial de la région et le renforcement de sa compétitivité économique;
  • la réalisation de l’emploi idéal des ressources naturelles, leurs valorisation et leurs conservation;
  • L’adoption des mesures et opérations encourageant l’entreprise et son milieu, et œuvrer à faciliter la résidence des activités productrices de richesse et d’emploi;
  • La contribution à la réalisation du développement continu;
  • Œuvrer à l’amélioration des compétences de gestion des ressources humaines et à leur formation; 

A l’instar des communes, les régions exercent des attributions qui leur sont propres, des attributions communes avec l’Etat et d’autres qui lui sont transferees par ce dernier.

Alors que dans le passé, les membres des conseils régionaux étaient élus au suffrage indirect, sur la base de la représentation proportionnelle parmi les membres des conseils des communes rurales, des communes urbaines, des chambres professionnelles et des représentants des salaries, la loi organique relative aux régions est venue stipuler pour la première fois que les membres des conseils régionaux sont élus au suffrage universel direct.

Le tableau ci-dessous indique les préfectures et provinces formant la région de Casablanca-Settat, ainsi que le nombre des habitants légaux et celui des conseillers régionaux :

Les préfectures et provinces Formant la région

Nombre d’habitants

(recensement 2014)

Total des sièges  au

conseil de la région

1ere. partie

2eme. Partie

Réservée aux Dames.

- Préfecture de Casablanca 3 359 818 23 14
- Préfecture des arrondissementsSidi Bernoussi 627 968 4 2
- Préfecture de l’arrondissement Hay Hassani 468 542 3 2
- Préfecture des arrondissements Moulay Rachid 465 531 3 2
- Préfecture des arrondissements Casablanca Anfa 454 908 3 2
- Préfecture des arrondissements Ain Sebaa Hay Mohammadi 425 916 3 2
- Préfecture de l’arrondissement Ain Chock 377 744 3 2

- Préfecture des arrondissements Al Fida Mers Sultan avec

la commune du mechouar de Casablanca

288 426 2 1
- Préfecture des arrondissements Ben M’sik 248 138 2 1
- Préfecture de Mohammedia 404 648 3 2
- Province d’El Jadida 786 716 4 3
- Province de Sidi Bennour 452 448 3 2
- Province de Nouaceur 333 604 2 2
- Province de Mediouna 172 680 2 1
- Province de Ben Slimane 114 192 2 1
- Province de Berrchid 273 900 3 2
- Province de Settat 217 634 4 2