Flux RSS

site Casablance

Président
Toutes les actualités »

Omari : La Commune de Casablanca partage son expérience en matière de la gestion de chose locale avec les villes africaines

Coopération et Relations Internationales -  29/11/2018
Omari : La Commune de Casablanca partage son expérience en matière de la gestion de chose locale avec les villes africaines

Le Président du Conseil de la Commune de Casablanca, M. Abdelaaziz Omari, a indiqué que la Commune de Casablanca partage son expérience avec les villes et cités africaines dans nombre de volets qui concerne la gestion de la chose locale.

« Le Sommet est une plateforme d’échanges et de discussions par excellence et la ville de Casablanca a partagé son expérience dans nombre d’ateliers organisés dans le cadre du 8ème Sommet de l’Africité, notamment tout ce qui se rapporte au système d’information mis en place au service du citoyen, à la planification urbaine, à la diversité et à la complémentarité au niveau national et territorial », a déclaré, mercredi 21 novembre 2018 au portail de la ville, « Casablancacity.ma ».

M. Omari, qui animait des ateliers organisés dans le sillage du 8ème Sommet de l’Africité, qui se tient du 20 au 24 novembre 2018 à Marrakech, a ajouté que ce groupement des cités et villes africaines, constitue, à n’en point douter, une tribune de partage des expériences et des bonnes pratiques entre entités territoriales africaines. Il s’inscrit, certes, dans cette vision du retour du Maroc au sein de sa famille africaine. « Nous avons confiance dans la coopération Sud-sud et dans cette vision stratégique qui s’intègre parfaitement avec la vision de SM le Roi Mohammed VI », a-t-il dit.

Pour lui, les villes et cités africaines sont appelées à s’intégrer dans l’agenda de l’ONU sur les Objectifs de Développement Durable (ODD) 2030 et l’agenda de l’Union africaine 2063. C’est ainsi que les échanges entre les villes africaines portent sur les moyens d’atteindre ces objectifs et comment mener ces transitions. D’un côté, il y a la transition démographique, écologique, démocratique, socio-économique, culturelle et civilisationnelle, a estimé M. Omari.

« Il faut mettre le citoyen au cœur de tout ce qu’on est en train de faire. C’est bien d’avoir ce processus de décentralisation et de déconcentration et de mettre en place le principe de subsidiarité. Mais, il est impératif de mettre en place les mécanismes appropriés pour garantir la convergence des procédés de gestion communale », a-t-il insisté.

Placé sous le thème « La transition vers des villes et des territoires durables: le rôle des collectivités territoriales d’Afrique », le sommet Africités réunit 5.000 participants, dont des acteurs de la vie locale du continent et partenaires issus d’autres régions du monde, des ministres en charge des collectivités locales, du logement et du développement urbain et de la fonction publique, ainsi que les autorités et élus locaux, les responsables des administrations locales et centrales, des organisations de la société civile et des opérateurs économiques des secteurs public et privé.

Au total, une trentaine de conférences thématiques, de tables rondes et d’ateliers techniques outre des forums des villes et des régions africaines, ainsi qu’un forum pour les jeunes sont au programme du sommet où figure également un Salon d’exposition qui devrait accueillir entre 400 et 500 exposants.

Parmi les innovations de cette édition, la mise en place de la « Bourse de Projets et Partenariat » qui a servi pour recueillir, à l’avance, les besoins des villes et collectivités territoriales d’Afrique concernant les problèmes ou projets prioritaires, en vue de les soumettre aux partenaires potentiels susceptibles de proposer des solutions.