Flux RSS

site Casablance

Président
Toutes les actualités »

Tenue à Casablanca des premières assises de la mobilité durable

03/11/2016
Tenue à Casablanca des premières assises de la mobilité durable

Les premières assises de la mobilité durable ont ouvert leurs travaux, jeudi à Casablanca, sous le thème « Enjeux climatiques : Quel système de transport pour demain ? ».

Placé sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, ce Forum est marqué par la présence du ministre de l’Economie et des Finances et ministre du transport par intérim, M. Mohamed Boussaid, du ministre déléguée chargée de l’Environnement, Mme Hakima El Haite, du Wali de la Région Casablanca-Settat, M. Khalid Safir, du Président de la région Casablanca-Settat, M. Mustapha Bakoury, du Président de la Commune de Casablanca, M. Abdelaaziz Omari et de Directeur général de l’ONCF, M. Rabii Lakhlii , ainsi que plusieurs opérateurs économique, ainsi que des professionnels du secteur de transport.

Organisé par l’Office National des Chemins de Fer (ONCF) et les Autoroutes du Maroc (ADM), ce Forum réunit décideurs, élus, investisseurs, bailleurs de fonds et acteurs de la mobilité et du transport public, afin de faciliter la compréhension mutuelle des enjeux climatiques et les nécessités de financement d’une mobilité accessible à tous, innovante, sobre en carbone et génératrice de développement, notamment en Afrique.

Cette rencontre est l’occasion de promouvoir le principe de l’éligibilité des projets de mobilité durable (infrastructures, services, transport…) à la finance verte.

Pour le Président de la Commune de Casablanca, Monsieur Abdelaaziz Omari, une mobilité durable et un système de transport efficient demeurent le levier le plus important dans le cadre de mise en place d’une stratégie à long terme intégrant le défi du changement climatique.

La proportion des gens vivant dans les villes ne cesse d’augmenter.  Ainsi, plus de la moitié de la population vie dans des zones urbaines. D’ici 2030, ce chiffre pourrait atteindre les 2/3, soit plus de cinq milliards, a-t-il fait savoir.

Cependant, une croissance urbaine non maîtrisée génère irrémédiablement exclusions et inégalités dans les quartiers souvent plus vulnérables au changement climatique, a relevé M. Omari, soulignant l’importance de rendre

la ville un vrai cadre de vie, un espace apaisé pour toute la population. On doit donc se donner les moyens pour une planification territoriale réfléchie et une stratégie à long terme intégrant le défi du changement climatique.

Selon lui, la ville de Casablanca, à l’instar des grandes métropoles mondiales connait les mêmes problématiques et les des défis similaires. La ville a connu et connait encore une urbanisation accélérée et non maitrisée, une population en augmentation mais qui se déplace de plus en plus, un taux de motorisation en nette progression (environ 1,2 millions actuellement) et des besoins sans cesse grandissant pour ses habitants.

Il était important donc pour toutes les autorités de la ville d’anticiper sur ces défis et d’engager une politique de mobilité globale intégrant l’ensemble des leviers en matière de déplacements urbains, a tenu à souligner M. Omari, citant les actions menées dans ce sens notamment la réalisation d’un réseau de Transport de masse en site propre, la mise en place d’un plan Directeur de stationnement à l’échelle de la ville et d’un Schéma de régulation du Trafic corrélé à un plan de circulation moderne et la promotion de la mobilité douce à travers les aménagements de voirie en cours de réalisation.

Ces actions qui sont en cours de réalisation mobilisent un budget global de 18,5 milliards DH et elles sont programmées pour la période 2015 -2022, a précisé le maire de Casablanca.

Certes, la lutte contre le dérèglement climatique est le défi majeur du 21ème Siècle et il y a urgence à agir. La COP22 à Marrakech sera, à n’en point douter, l’occasion de concrétiser les engagements pris dans ce sens. Dans cette logique, une mobilité durable intégrant les différents modes des déplacements que ce soit pour les besoins des populations ou pour les besoins des activités reste le levier majeur pour accompagner ces mutations, estime-t-il.

Qu’est-ce que la mobilité durable et qu’en est-il de son évolution ? Comment concilier mobilité, environnement et lutte contre le changement climatique? Quelle évolution technologique au service de la mobilité durable ? Quels modes et mécanismes de financement au service d’une mobilité bas-carbonne?, autant d’interrogations qui seront débattues par les panélistes.

Dans l’objectif de placer la mobilité durable dans l’agenda de la COP22, un manifeste sera présenté en clôture de ces assises.

photo :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vidéo :

Le Mot de M. Abdelaaziz Omari, Maire de la ville de casablanca